Archives de Tag: Littérature

Gauguin le colon ?

Gauguin, Te Arii Vahine (La femme aux mangues), 1896, huile sur toile, 97 × 130 cm, Musée Pouchkine.

Gauguin, Te Arii Vahine (La femme aux mangues), 1896, huile sur toile, 97 × 130 cm, Musée Pouchkine.

Multiculturalisme et identité en littérature et en art est un ouvrage d’essais réunis par Jean Bessière et Sylvie André, sous la direction de l’Université de Polynésie Française et de l’Association Internationale de Littérature Comparée, publié en 2002 chez l’Harmattan et numérisé en 2008. Il traite du multiculturalisme comme résultat du colonialisme et comme constitution des identités collectives, à travers la littérature comparée et les arts plastiques. Dès la préface, Sylvie André nomme Gauguin comme figure caractéristique de la production esthétique comme lieu du questionnement social du mélange des cultures.
L’essai qui nous intéresse plus particulièrement se trouve dans la première partie de l’ouvrage, « Expressions des identités culturelles et espaces du Pacifique », dans un essai du docteur en lettres Shigemi Inaga, dont le titre est très précis : « Tahiti et la migration des signes, Représentation du paradis terrestre chez Paul Gauguin et quête de la créolité dans le langage plastique au tournant des XIXe et XXe siècles ». L’ouvrage est partiellement disponible en version numérisée sur le service Google Livres, mais plusieurs pages de notre texte manquent. Pour combler ce défaut, qui est très frustrant lorsque le livre est introuvable ailleurs, une version consultable du même texte est disponible via Didactibook. L’ouvrage n’est pas disponible dans son intégralité, mais en cliquant sur « feuilleter » nous avons accès aux 47 premières pages, mais le format est trop petit pour être lisible. Autre solution : en tapant le titre sur la barre de recherche google, cliquez sur le second lien pour télécharger une version pdf des 20 premières pages du livre, et complétez avec Google Livres.

Après ces pérégrinations peu commodes (ce sont les aléas des droits d’auteur), revenons à notre essai. Shigemi Inaga rappelle en un premier lieu que Gauguin a été victime de critiques dites « post-coloniales » concernant son attitude dans les Îles, accusé de délits de prostitution, d’affabulation et de falsification du patrimoine culturel. En réponse à ses accusations, l’auteur ne tente non pas de réhabiliter l’artiste, mais de réinterpréter ses actes comme « produit ultime de la situation coloniale » ainsi que comme pionnier de la recherche multiculturelle, ce que l’on voit à travers ses arts et ses écrits. Au sujet de l’accusation de « pillages », Gauguin aurait en fait eu comme procédé intentionnel d’extraire des sources iconographiques de leur contexte d’origine pour les combiner de façon originale (comme par exemple les estampes japonaises). Il nomme cet art la « créolisation du langage visuel« , et se propose de l’étudier plus en détails. Il prend comme exemple le tableau Te Arii Vahine, qui représenterait une Ève tahitienne, et en retrace les origines iconographiques. S’ensuit la démonstration d’un lien entre la représentation par Gauguin d’une Ève immaculée et sa critique d’une morale chrétienne, que l’on retrouve par ailleurs dans ses notes rédigées lors du second séjour à Tahiti. Après cette analyse intéressante et d’ailleurs inédite, Inaga se propose d’interpréter la fameuse œuvre D’où venons nous? Que sommes-nous? Où allons-nous? selon différentes sources littéraires et iconographiques. Nous comprenons mieux pourquoi les toiles de Gauguin décrivent un monde idéalisé et irréel : cela correspond en réalité à une phase d’extinction d’une forme de paradis terrestre à Tahiti et aux Marquises (qui souffraient d’une dépopulation considérable). L’auteur conclut son essai sans porter de jugement de valeur, mais en insistant bien sur le fait que Gauguin a réalisé une « migration des signes en quête d’une identité multiculturelle. »

Les difficultés rencontrées pour accéder au texte en valaient la peine, car c’est ici une toute nouvelle approche de l’œuvre de Gauguin que nous découvrons, éclairées par le très intéressant point de vue de la littérature comparée mais aussi de l’analyse des sources iconographiques. Au lieu d’accuser partialement Gauguin comme étant un colon, ou au lieu de le défendre, nous pouvons tout simplement retracer ses démarches artistiques qui sont indéniablement originales et uniques dans le genre.

Poster un commentaire

Classé dans Banques de données et ouvrages numériques