Archives de Tag: Fauvisme

L’influence du Primitivisme dans la naissance de l’Art Moderne

Insecula est un site proposant une sélection de musées du monde ainsi que de fiches d’informations sur les artistes et les oeuvres qu’ils contiennent. Il propose d’avantage de services à condition d’en être membre, mais il est déjà d’une grande richesse pour un simple internaute en quête d’informations… Ainsi la page d’accueil somme toute assez sommaire est en réalité très pratique d’utilisation. Outre une barre de recherche, elle renseigne sur les dernières destinations ajoutées et donne directement la liste des pays, ainsi que de leurs régions ou villes principales où se trouvent les musées principaux. Cet outil pourrait cependant être mieux exploité, notamment dans le cas de pays comme la France où seuls les musées parisiens ou versaillais sont répertoriés…. Si l’on clique sur l’un de ces musées, le site nous donne une description détaillée du musée, de son plan et ses départements. Le site propose ainsi une visite virtuelle pour chaque salle. Dans le cadre du Centre Pompidou, les rubriques proposées sont « Architecture intérieure », « Architecture extérieure », « Art contemporain », « Art moderne », etc… Elles correspondent aux noms des départements des musées. Ainsi, dans le cadre de notre recherche relative à Gauguin et au Primitivisme, le site propose une visite virtuelle de la salle intitulée: « Le primitivisme et le fauvisme, naissance de l’Art moderne ».

Cette visite aborde l’influence du primitivisme sur l’Art moderne. Il évoque de ce fait l’influence de peintres comme Van Gogh ou Paul Gauguin sur celui-ci. Effectivement, les jeunes artistes s’en inspireront en utilisant notamment des formes évoquant l’Orient et la Polynésie…

Mais cette nouvelle génération d’artistes sera aussi attirée par les thèmes évoquant l’harmonie avec le Cosmos et la Nature préservée de la civilisation, décrits par les oeuvres notamment de Paul Gauguin.

Les peintres « fauves » tels que Henri Matisse, Maurice de Vlaminck ou André Derain reprendront cette vision idéalisée du monde dans leurs oeuvres. Ils les montreront durant le Salon de 1905 et attireront ainsi l’attention de la critique.

Cette nouvelle peinture issue en partie du Primitivisme rencontra un grand succès auprès des grands collectionneurs moscovites, regroupés autour de l’association la Toison d’Or. Ils organiseront les premières expositions de peintures fauves en 1908.

Enfin, il sera établi que le qualificatif « fauve » désignera les toiles qui porteront la couleur pure à ses limites extrêmes. « Le Fauvisme, dira Matisse, est venu du fait que nous nous placions tout à fait loin des couleurs d’imitation et qu’avec les couleurs pures nous obtenions des réactions fortes« .

Cet article concis mais fort instructif est complété par une galerie présentant les oeuvres du département. En cliquant sur une oeuvre choisie, une fiche s’ouvre donnant accès à une biographie de l’artiste, une reproduction de qualité ainsi qu’une fiche descriptive de l’oeuvre. De plus, ce site donne les noms de tous les musées ayant organisé des expositions en rapport avec le sujet.

En définitive, Insecula est un site indispensable à tout Historien de l’Art voulant approfondir ses connaissances, ainsi qu’au curieux en quête de nouveaux horizons culturels.

Musée d'Orsay, Paris

Paul Gauguin, Arearea (détail), 1892, hst, Musée d’Orsay, Paris

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Banques Numériques, Musées et expositions, Sites spécialisés

« L’art de demain se trouve dans la peinture de Gauguin »

derain

Pendant longtemps, l’Histoire de l’Art a considéré que Fauves et Nabis étaient en rupture totale avec l’Impressionnisme et le Post-Impressionnisme. Mais chez Gauguin, premier peintre à avoir inspiré les artistes de ces mouvements, il y a une réelle filiation entre l’Impressionnisme et l’Ecole de Pont-Aven. De ce fait, cette rupture est déjà à revoir. Et pour cela, concentrons-nous, le temps de cet article, sur les Fauves…

Le Fauvisme est un mouvement pictural français qui apparait à l’aube du XXème siècle. Il s’inscrit alors dans une continuité des recherches esthétiques menées au travers de l’Impressionnisme, du Néo-Impressionnisme et des Nabis.

Arrêtons-nous un instant sur un site qui a retenu notre attention, et qui nourrira également notre propos. Le site http://www.histoiredelart.net/ propose une chronologie très bien réalisée des courants picturaux qui se sont succédés du XIème siècle jusqu’à nos jours. Tout n’est pas mentionné, sinon l’essentiel, et les dates ne restent qu’approximatives… Néanmoins elle permet de mieux se rendre compte de quel mouvement est apparu avant un autre, ou bien simultanément, etc. et ainsi, de mieux les confronter. Surtout lorsqu’il s’agit, comme ici, d’une période relativement riche en émulations artistiques. Par ailleurs, on note que ce site, très esthétique et agréable d’un point de vue de son interface, constitue une bonne ressource en ce qui concerne les généralités en Histoire de l’Art : chronologies donc, fiches de présentation des courants picturaux, listes d’artistes par siècle, quelques dossiers et analyses d’œuvres… En somme, de quoi renseigner globalement et agréablement sur un sujet qui reste assez vaste. Ainsi, on retient également sa présentation du Fauvisme, rattachée à des rubriques  telles que les peintres et les tableaux les plus célèbres du mouvement, ou encore une rapide mise au point sur le contexte politique… A nos yeux, www.histoiredelart.net entre donc parmi ces ressources qui « vulgarisent » l’histoire de l’art. Non pas en simplifiant ses enjeux et sa méthode, mais en lui prélevant son essence et en la présentant de manière attractive et accessible à un large public.

Revenons à Gauguin et à son influence sur les Fauves…

Le site du Centre Pompidou est relativement maigre par son contenu. Et nous devons avouer que ce n’est pas une adresse que nous nous plaisons à visiter. Ni pratique ni intuitif, peu de publications, de commentaires, de documents numérisés accessibles… Le musée ne semble pas vraiment s’investir dans le développement de son site. Aucune exposition archivée, collections non mises en avant et donc non consultables par les internautes, pas de visites virtuelles possibles (contrairement à certaines mentions visibles sur son interface qui pourraient laisser entendre le contraire : « centre pompidou virtuel »)… Manque de fonds ? Sans doute. Mais contrairement à d’autres sites de musées, français ou étrangers, que nous avons pu commenter… Beaubourg a du retard à rattraper ! Car les trois seuls onglets qui y sont affichés (« Centre Pompidou », « Visite » et « Agenda ») nous laissent sur notre faim.

Cependant, si l’on fait une recherche rattachée à Gauguin via sa barre de recherche, le musée nous dirige vers l’un de ses dossiers pédagogiques, très complet et intéressant, intitulé « Le Fauvisme et ses influences sur l’art moderne ». Quelques bonnes ressources sont finalement exploitables ! Fini les critiques, passons aux points positifs.

Sans titre 1

Rédigé par Olivier Font, l’ensemble est structuré de manière à cerner les problématiques rapidement et à nous diriger vers les axes qui nous intéressent plus particulièrement, si on le souhaite. Une biographie sélective est aussi proposée, afin d’approfondir ses recherches à l’aide d’ouvrages consacrés à ce sujet et présélectionnés pour nous.

Présentation du mouvement, de ses caractéristiques, de ses artistes ainsi que de ses œuvres, ce document évoque également l’importance de Gauguin et du Primitivisme tout au long de l’article. Si le chapitre « Aux Sources du Fauvisme » ne le met pas vraiment en avant, c’est en lisant l’intégralité du dossier que l’on comprend réellement son rôle.

En effet, Gauguin a inspiré les Fauves dans le sens où la couleur devient l’élément essentiel dans le tableau. De même, comme l’explique parfaitement le site apparences.net (même type de site que histoiredelart.net) dans son article sur le Fauvisme : « L’enthousiasme pour la sculpture africaine et océanienne contribue également à diriger la recherche des fauves : il est fondé sur la conviction que l’art primitif réalise la synthèse de perception et d’expression recherchée par le peintre fauve lorsqu’il fait exploser sur la toile, les bleus, les rouges, les jaunes, les couleurs pures sans aucun mélange de tons. »

Ainsi donc, culture primitive et peinture de Gauguin ont dirigé les artistes tels que Matisse, Vlaminck, Derain ou Braque vers des travaux encore plus « sauvages » qui, peu à peu, ont fait disparaître le dessin au profit de larges zones recouvertes de « couleurs pures ».

2 Commentaires

Classé dans Musées et expositions, Sites spécialisés