Archives de Tag: Chronologie

« L’art de demain se trouve dans la peinture de Gauguin »

derain

Pendant longtemps, l’Histoire de l’Art a considéré que Fauves et Nabis étaient en rupture totale avec l’Impressionnisme et le Post-Impressionnisme. Mais chez Gauguin, premier peintre à avoir inspiré les artistes de ces mouvements, il y a une réelle filiation entre l’Impressionnisme et l’Ecole de Pont-Aven. De ce fait, cette rupture est déjà à revoir. Et pour cela, concentrons-nous, le temps de cet article, sur les Fauves…

Le Fauvisme est un mouvement pictural français qui apparait à l’aube du XXème siècle. Il s’inscrit alors dans une continuité des recherches esthétiques menées au travers de l’Impressionnisme, du Néo-Impressionnisme et des Nabis.

Arrêtons-nous un instant sur un site qui a retenu notre attention, et qui nourrira également notre propos. Le site http://www.histoiredelart.net/ propose une chronologie très bien réalisée des courants picturaux qui se sont succédés du XIème siècle jusqu’à nos jours. Tout n’est pas mentionné, sinon l’essentiel, et les dates ne restent qu’approximatives… Néanmoins elle permet de mieux se rendre compte de quel mouvement est apparu avant un autre, ou bien simultanément, etc. et ainsi, de mieux les confronter. Surtout lorsqu’il s’agit, comme ici, d’une période relativement riche en émulations artistiques. Par ailleurs, on note que ce site, très esthétique et agréable d’un point de vue de son interface, constitue une bonne ressource en ce qui concerne les généralités en Histoire de l’Art : chronologies donc, fiches de présentation des courants picturaux, listes d’artistes par siècle, quelques dossiers et analyses d’œuvres… En somme, de quoi renseigner globalement et agréablement sur un sujet qui reste assez vaste. Ainsi, on retient également sa présentation du Fauvisme, rattachée à des rubriques  telles que les peintres et les tableaux les plus célèbres du mouvement, ou encore une rapide mise au point sur le contexte politique… A nos yeux, www.histoiredelart.net entre donc parmi ces ressources qui « vulgarisent » l’histoire de l’art. Non pas en simplifiant ses enjeux et sa méthode, mais en lui prélevant son essence et en la présentant de manière attractive et accessible à un large public.

Revenons à Gauguin et à son influence sur les Fauves…

Le site du Centre Pompidou est relativement maigre par son contenu. Et nous devons avouer que ce n’est pas une adresse que nous nous plaisons à visiter. Ni pratique ni intuitif, peu de publications, de commentaires, de documents numérisés accessibles… Le musée ne semble pas vraiment s’investir dans le développement de son site. Aucune exposition archivée, collections non mises en avant et donc non consultables par les internautes, pas de visites virtuelles possibles (contrairement à certaines mentions visibles sur son interface qui pourraient laisser entendre le contraire : « centre pompidou virtuel »)… Manque de fonds ? Sans doute. Mais contrairement à d’autres sites de musées, français ou étrangers, que nous avons pu commenter… Beaubourg a du retard à rattraper ! Car les trois seuls onglets qui y sont affichés (« Centre Pompidou », « Visite » et « Agenda ») nous laissent sur notre faim.

Cependant, si l’on fait une recherche rattachée à Gauguin via sa barre de recherche, le musée nous dirige vers l’un de ses dossiers pédagogiques, très complet et intéressant, intitulé « Le Fauvisme et ses influences sur l’art moderne ». Quelques bonnes ressources sont finalement exploitables ! Fini les critiques, passons aux points positifs.

Sans titre 1

Rédigé par Olivier Font, l’ensemble est structuré de manière à cerner les problématiques rapidement et à nous diriger vers les axes qui nous intéressent plus particulièrement, si on le souhaite. Une biographie sélective est aussi proposée, afin d’approfondir ses recherches à l’aide d’ouvrages consacrés à ce sujet et présélectionnés pour nous.

Présentation du mouvement, de ses caractéristiques, de ses artistes ainsi que de ses œuvres, ce document évoque également l’importance de Gauguin et du Primitivisme tout au long de l’article. Si le chapitre « Aux Sources du Fauvisme » ne le met pas vraiment en avant, c’est en lisant l’intégralité du dossier que l’on comprend réellement son rôle.

En effet, Gauguin a inspiré les Fauves dans le sens où la couleur devient l’élément essentiel dans le tableau. De même, comme l’explique parfaitement le site apparences.net (même type de site que histoiredelart.net) dans son article sur le Fauvisme : « L’enthousiasme pour la sculpture africaine et océanienne contribue également à diriger la recherche des fauves : il est fondé sur la conviction que l’art primitif réalise la synthèse de perception et d’expression recherchée par le peintre fauve lorsqu’il fait exploser sur la toile, les bleus, les rouges, les jaunes, les couleurs pures sans aucun mélange de tons. »

Ainsi donc, culture primitive et peinture de Gauguin ont dirigé les artistes tels que Matisse, Vlaminck, Derain ou Braque vers des travaux encore plus « sauvages » qui, peu à peu, ont fait disparaître le dessin au profit de larges zones recouvertes de « couleurs pures ».

2 Commentaires

Classé dans Musées et expositions, Sites spécialisés

L’Encyclopaedia Universalis

L’Encyclopaedia Universalis est une célèbre encyclopédie payante, disponible en version papier et sur internet. Déjà fort connue, il est tout de même indispensable de la présenter et d’évoquer ses articles relatifs à Gauguin et au Primitivisme. Il convient donc de rappeler qu’il s’agit d’une ressource documentaire pour l’enseignement, son contenu est donc d’ordre scientifique et les articles sont rédigés par des spécialistes. Il n’est cependant pas possible de voir qui contrôle la parution de ces articles en l’absence d’une rubrique de présentation.
Cependant, la page d’accueil est  bien organisée. D’apparence simple, elle contient une colonne de gauche classifiant sous forme d’onglet les différentes disciplines. Dans la colonne de droite ce trouvent des actualités et des suggestions d’articles. Le site propose aussi une médiathèque Universalis (images commentées, schémas… par disciplines telles que l’Art, la Philosophie, le Droit…agrémentés de sous catégories pour plus d’efficacité dans la recherche).
Le site guide le visiteur au long de sa recherche : il propose même une rubrique d’aide (colonne de gauche), très facile d’accès, ainsi que divers onglets permettant une meilleurs utilisation du site (« rechercher », « découvrir », « aide »).
De plus, un moteur de recherche se trouve en haut de la page d’accueil. En tapant « Paul Gauguin » nous accédons à 58 articles dont 17 ont été sélectionnés comme étant particulièrement pertinents. Les articles sélectionnés sont principalement des articles biographiques, des commentaires d’oeuvres tels que « La vision après le serment ou la lutte de Jacob avec l’ange« , d’exposition telles que celle intitulée « Van Gogh et Gauguin« . Le site présente aussi de nombreux articles où l’artiste est simplement cité (Impressionnisme…).
Concernant notre sujet, Barthélemy Jobert nous propose un article intitulé Gauguin et le « Primitivisme » (repères chronologiques). Il présente son travail sous forme de dates accompagnées d’un paragraphe explicatif de chaque évènement ou période de sa vie. Ce mode de rédaction a pour avantage de présenter de façon synthétique la vie de l’artiste en valorisant les points importants.
Il débute sa chronologie avec l’année 1886, date de l’installation de l’artiste à Pont Aven, en Bretagne. Il explique ainsi les débuts du primitivisme et cite : « J’aime la Bretagne: j’y retrouve le sauvage, le primitif. Quand mes sabots résonnent sur ce sol de granit, j’entends le son sourd, mat et puissant que je cherche en peinture ». Il évoque aussi sa découverte des îles: d’abord Panama et la Martinique en 1887 et raconte l’évolution de l’artiste de l’Impressionnisme vers le Synthétisme. Nous découvrons ainsi que l’année 1889 marque la création du Christ Jaune inspirée d’un Christ en bois polychrome du XVII ème siècle de la chapelle de Trémolo aux environ de Pont Aven et que « Gauguin marque ainsi sa dette envers le primitivisme représenté ici par l’art populaire breton ». 
Entre l’année 1889 et 1890, il décide de partir s’installer à Tahiti. Ce projet se concrétisera d’avril 1891 à Juillet 1893, période qui marque son premier séjour tahitien. Il découvre ainsi la culture Mahori dont toute son oeuvre est imprégnée. Cette influence est notamment visible dans les titres (en tahitien) choisis. En 1894, il crée un ancien culte mahori et Noa Noa, manuscrits illustrés fondés sur son expérience tahitienne et sur la découverte de la civilisation polynésienne. En 1897, il peint le célèbre D’où venons nous? Que sommes nous? Où allons nous? exposé au museum of Fine Arts, Boston. Cette toile est testamentaire car il a alors décidé de suicider. Elle représente les différentes étapes de la destinée humaine mais dans une atmosphère exotique et primitive. Paul Gauguin s’installe enfin dans l’archipel des Marquises en 1901 et y décède le 8 mai 1903.
Ce site est donc assez diversifié quant aux articles proposés. De plus, l’article de Barthélémy Jaubert permet une vision globale de la vie et de la carrière de l’artiste. Il nous garantie également le sérieux des documents étudiés grâce à sa réputation scientifique.
File:Woher kommen wir Wer sind wir Wohin gehen wir.jpg
Barthélémy JOBERT, « GAUGUIN ET LE « PRIMITIVISME » – (repères chronologiques) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mars 2013. URL : http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/gauguin-et-le-primitivisme-reperes-chronologiques/

Poster un commentaire

Classé dans Encyclopédies en ligne